Séminaire de Gaëtan Caillaut, de l’université d’Orléans

 

Date: 17/01/2020
Heure: 11h00
Lieu: IC2, Salle 210
Intervenant: Gaëtan Caillaut

 

 

Apprentissage d’espaces prétopologiques pour l’extraction de relations sémantiques

 

La prétopologie est une théorie mathématique fondée dans les années 70s dans le but de relâcher certaines contraintes inhérentes à la théorie de la topologie. Notamment, la prétopologie pose le concept d’espace prétopologique défini par un ensemble d’éléments et un opérateur d’adhérence. Cet opérateur permet de modéliser un processus itératif, en plusieurs étapes, de propagation d’un ensemble d’éléments vers un autre, plus grand. C’est ce processus de propagation que nous proposons d’exploiter afin de modéliser, et d’extraire, les relations sémantiques entres les termes présents dans un corpus.

La capacité de l’opérateur d’adhérence à capturer des relations entre ensembles d’éléments, et non pas entre paires d’éléments, semble un atout idéal dans le cadre de relations sémantiques. En effet, celles-ci sont bien souvent dépendantes du contexte dans lequel elles se trouvent, par exemple, de nombreux mots prennent un tout autre sens selon les mots avec lesquels ils apparaissent.

La prétopologie, dans son cadre le plus général, n’impose qu’un nombre très limité de contraintes sur la forme des relations, offrant ainsi aux espaces prétopologiques un immense pouvoir expressif. En pratique cependant, le manque de propriétés structurelles rends la manipulation de ces espaces peu commode. Les espaces prétopologiques de type V offrent un compromis entre expressivité et simplicité d’utilisation en imposant la propriété d’isotonie à la fonction d’adhérence. Cette propriété permet d’assurer une certaine cohérence au sein de la structure sémantique capturée par un espace prétopologique de type V.

Enfin, l’apprentissage de tels modèles prétopologiques (Caillaut et Cleuziou, 2018), rendu possible par la définition d’un espace prétopologique par une combinaison de prédicats logiques (Cleuziou, 2015), ouvre la voie à l’extraction automatique de relations sémantiques (entre autres) par le biais d’espaces prétopologiques.